Tuesday, August 20, 2019
Home / Sport  / Sport festif

Sport festif

Ce mois-ci, BuzBuz n’a pas transpiré : il a joué aux Échecs. Eh oui, paraît que c’est un sport.   Il a fallu se justifier. – “Ecoute, cet après-midi, je ne suis pas libre. – Pourquoi ? – Je vais

Ce mois-ci, BuzBuz n’a pas transpiré : il a joué aux Échecs. Eh oui, paraît que c’est un sport.

 

Il a fallu se justifier.

– “Ecoute, cet après-midi, je ne suis pas libre.

Pourquoi ?

Je vais voir des joueurs d’échecs.

– Tu te fiches de moi ?

Non, sans déconner, pour la page “sport”  de BuzBuz, j’ai décidé de parler des échecs, faut bien que j’aille voir ce  que ça donne.

C’est un sport, ça ?

Paraît, ouais.

Passionnant. Il fait beau, et tu vas aller t’enfermer au milieu de binoclards  qui jouent aux dames…

Aux échecs. Et ouais, y a des chances  que ce soit pas le moment le plus fun  de ma carrière.

Voilà où ça mène, de faire le malin en conférence de rédaction. De dire, devant les collègues : “et ouais, les échecs, c’est un sport, alors on en parle dans la rubrique “sports”. et vous allez voir ce que vous allez voir.

Sans vous préciser forcément pourquoi – sinon, il faudrait définir ce qu’est un sport, et c’est compliqué, on n’a pas la place – les échecs sont en effet une discipline sportive, puisqu’ils dépendent en France du Ministère de la jeunesse et des sports et que la Fédération internationale (FIDE) milite auprès du Comité international olympique (CIO) pour apparaître au programme des Jeux olympiques. Comme le bridge, le wushu ou la lutte à la corde.

Alors, on aurait pu vous parler de ces histoires épiques qu’ont offertes les échecs. De Bobby Fischer, mettant des raclées aux Russes en pleine Guerre froide avant de devenir à moitié fou ; de Deep Blue, l’ordinateur qui a fait peur au monde entier en battant le champion du monde Garry Kasparov ; ou de l’actuel champion du monde, Magnus Carlsen, vingt-deux ans, désigné homme le plus sexy en 2013 par le Cosmopolitan anglais.

Non, on est simplement allés faire un tour à l’Echiquier du Nord (EDN), le club dionysien d’échecs. On y a rencontré Jean Olivier, le président, qui avait des choses à nous raconter.

 

Premier département en nombre de licenciés

 

Pas tant sur le jeu d’échecs que sur la présence de ce sport à La Réunion. Car, tous les mois, la Fédération réalise un classement national des clubs en fonction du nombre de licenciés. Premier club français ? L’échiquier de l’Ouest, à Saint-Paul, avec 882 joueurs. Dans les dix plus gros clubs de France, quatre sont Réunionnais ; et La Réunion est le département comptant le plus de licenciés, avec 3282 membres au dernier recensement. Jean Olivier tente une explication : “Nous faisons beaucoup d’actions auprès des écoles, et les enfants se passionnent vite pour les échecs, ils demandent ensuite à leurs parents de rejoindre un club.

D’ailleurs, ce fut une des grandes surprises lors de notre visite à l’EDN : loin de l’ambiance feutrée et silencieuse que nous avions prédite, la salle vibrait d’une joyeuse cohue d’enfants se marrant franchement. Jean Olivier en rit : “Ah, mais pour les enfants, il ne faut pas que ce soit scolaire, il faut que ce soit un amusement !” Les enfants du quartier on droit eux aussi à venir s’amuser et, finalement, on se retrouve dans un endroit aussi joyeux qu’un terrain de sport. Si les bases doivent d’abord être ingérées dans un cours magistral – mais qui se veut aussi ludique – il se trouve que ces marmailles ont l’air de s’éclater avec leurs tours et leurs cavaliers. Parlant de son enfant, une maman nous explique : “Il se passionne pour ce jeu, il refait ses parties dans sa tête ; j’ai l’impression que dans sa vie, ça lui apporte beaucoup.” Et apprendre à ses parents un truc qu’ils ne connaissent pas, ça n’a pas de prix. Pas si ennuyeux que ça, finalement, les échecs.

 

Texte : L. C. / Photos : R. P.

dns@adplay.re

Review overview
NO COMMENTS

Sorry, the comment form is closed at this time.