Tuesday, August 20, 2019
Home / Non classé  / Comics trip

Comics trip

Des super héros, partout, tout le temps ? Sûrement. Sauf que les univers de ceux-ci ne sont pas que du "boum boum" et du "paf paf". Parlons-en.   Jérémy et Maxime sont plutôt calés en comics. Nous,

Des super héros, partout, tout le temps ? Sûrement. Sauf que les univers de ceux-ci ne sont pas que du “boum boum” et du “paf paf”. Parlons-en.

 

Jérémy et Maxime sont plutôt calés en comics. Nous, pas vraiment : il fallait donc leur demander l’intérêt de voir des types costumés se mettre sur la figure. C’est en fait très complexe, ces histoires-là.

 

Loïc Chaux: Racontez-moi un peu quel est votre lien avec les comics, comment vous avez connu la chose ?

Jérémy : Ça remonte à loin, j’était tout gamin, je regardais l’Incroyable Hulk et Wonder Woman dans l’émission La loi des séries.

Maxime : Moi, mes parents m’autorisaient à regarder Batman, le dimanche soir. Le dessin animé avec l’insigne avec le fond jaune sur le costume gris.

 

 

 

 

Qu’est ce qui vous intéressait particulièrement ?

Maxime : Leur classe et leur pouvoir.

Jérémy : Ça faisait rêver. Mes parents m’avaient offert le costume de Batman quand j’avais cinq ans. Quand tu le portais, t’avais l’impression d’être lui…

Maxime : C’est un peu le même délire que Dragon Ball : on a tous essayé de se transformer en Super Saiyan devant le miroir dans la salle de bains !

 

Pour Wonder Woman, ou Hulk, qu’est ce qui est intéressant ? Je ne suis pas sûr qu’on puisse parler de “classe” pour ces héros là, si ?

Jérémy : Wonder Woman, on peut la qualifier de classe parce que c’est quand même la reine des amazones. Elle représente la femme forte.

Maxime : En ce qui concerne Hulk, c’est la classe dans le sens ou tu te retrouves en face, il te demande “Tu veux test un bras de fer? – Hum… pas vraiment…“. C’est pas de la classe pure, style smoking et grosse repartie, mais c’est la classe, genre trop puissant. Tu peux pas le test, quoi.

 

Pour Batman, c’est aussi l’idée d’un humain “normal”, auquel on peut s’identifier ?

Jérémy : Oui, mais on ne peut pas vraiment le qualifier d’humain “normal” : c’est Batman, aucun humain “normal” n’est comme Batman. Il faut savoir que, pour Marvel ou DC comics, des héros comme Iron Man, Hawke Eye, Batman, l’Archer Vert, ce qui fait leur pouvoir, c’est leur esprit et leur intelligence. Cela montre que les pouvoirs ne viennent pas que du “magique”, mais aussi de l’esprit.

 

Du coup, ces séries là vous ont donné envie d’aller plus loin dans l’univers ?

Jérémy : Carrément. Surtout qu’au fil des années, il y a eu plusieurs univers. Que ce soit pour Spider Man, X Men, les Avengers… Chaque univers s’adaptant à l’époque dans laquelle elle sort.

 

Et les comics, vous en avez achetés ?

Jérémy : Oui, j’ai même eu une réédition du premier exemplaire de Spider Man. Mais je me suis plus concentré sur les films et séries Marvel, et quelques série DC.

 

Ils ont évolué comment, justement, depuis cette époque ? J’imagine que le Spider Man de 1963 n’est pas le même que celui de 2016

Jérémy : Le personnage en lui-même ne change pas tellement. Les accessoires, les costumes se modernisent.

Puis dans le comics, Iron Man est au Vietnam, et est capturé par les les Viets. Cela correspondait à l’époque. Dans le film plus récent, il est capturé en Afghanistan.

Captain America a été créé après la Seconde guerre mondiale. Il représentait le patriote sans faille, au service de son pays.

 

Aujourd’hui, les auteurs semblent de plus en plus s’intéresser à leurs côtés “obscurs”.

Jérémy : Oui. Marvel a travaillé en plusieurs phases. Phase 1, les personnages se retrouvent dans leur contexte, ils apprécient plus ou moins qui ils sont et commencent à accepter leur vie de super héros. Phase 2, ils sont confrontés à de grosses menaces ou dilemmes, ils commencent à douter de la direction qu’ils prennent. Puis la phase 3 va arriver, on verra bien, avec Captain America : Civil War, et Avengers : Infinity War.

Maxime : Il faut dire aussi qu’avec autant de pouvoirs, n’importe qui pourrait devenir le roi du monde et s’en foutre du reste. Automatiquement le côté “obscur” va ressortir à un moment ou à un autre.

Jérémy : Pour Batman, Nolan a voulu donner une vision plus réaliste de ce que serait un super héros dans notre réalité.

 

Pour en revenir à ce que tu dis, Maxime, on peut résumer ça par la phrase, dans Spider Man : “De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités”.

Maxime : Oui, je suis d’accord. Imaginons ces super héros sans “conscience professionnelle”. Ils pourraient faire ce qu’ils veulent, tout avoir, ne pas se prendre la tête avec les responsabilités, qui sont un fardeau… Non, il fallait un côté obscur.

Jérémy : Ce qu’il faut savoir aussi, c’est qu’ils sont conscients qu’ils peuvent être dangereux.

 

 

 

Vous en pensez quoi, de ces évolutions vers de vraies réflexions sociales, philosophiques ? Ça vous plaît, ou, au contraire, vous préfériez les comics plus manichéens ?

Jérémy : Dans tout film, un réalisateur veut faire passer un message, comme dans les livres, les BD, les comics. Il faut inclure une réflexion, sinon ça ne serait pas des super héros ; ils doivent se battre pour quelque chose.

Maxime : Ça apporte de la profondeur à l’histoire. Dans Iron Man 3, on voit beaucoup moins Tony Stark dans son armure, c’est plus axé sur lui, sur l’homme affrontant ses démons que sur le super héros qui tape sur les méchants.

 

C’est quand même important que ça se bastonne un peu !

Maxime : C’est fait pour être spectaculaire, mais ça ne fait pas tout. Pour que ça dure aussi longtemps, il faut donner une profondeur à l’histoire. Il n’y aurait eu que de la baston, ça n’aurait pas autant marché

 

Il y a un super héros qui ressort particulièrement, que vous aimez plus que les autres ?

Jérémy : Moi c’est Spider Man. L’histoire de cet étudiant un peu tête de turc, qui a beaucoup souffert et qui, au lieu d’utiliser ses pouvoirs pour se venger, va plutôt chercher à faire le bien, ça me plaît. Et puis ça doit être génial de se balader entre les tours et de grimper aux murs…

Maxime : Moi c’est Wolverine. Le côté crooner motard, indestructible, qui n’a peur de rien et, au contraire, sensible, amoureux… un gentil méchant. Comme Vegeta, quoi…

 

Végéta / Wolverine, bien vu ! Et vous ne trouvez pas qu’il y a « surabondance » de films sur les super héros ?

Maxime : Quand on kiffe, c’est cool. Pour les autres, c’est sûr, ca doit être un peu emmerdant…

Jérémy : Moi j’apprécie, parce que avant les films, Marvel était quand même en faillite… sans le Iron Man réalisé par Jon Favreau, ils n’auraient jamais pu remonter la pente. C’est une sacrée réussite.

 

Et puis certains films, de grande qualité, ont aussi permis au grand public de s’intéresser aux super héros ?

Jérémy : Je pense oui, parce que les univers Marvel et DC n’étaient pas autant connus en France qu’aux USA. Le cinéma a permis à beaucoup plus de monde de découvrir ces univers.

 

Si vous deviez faire un top trois des films qui sont sortis sur les super héros ?

Jérémy : Spider Man 1, les Gardiens de la Galaxie et Iron Man. Mais moi j’attends avec impatience Dead Pool (sorti depuis, ndlr).

Maxime : moi c’est X-Men Origins : Wolverine, Batman Begins et Spider Man 1.

 

Pour finir, quelle place ont les super héros dans la culture populaire ?

Jérémy : Ils sont devenus des icônes, on en voit un peu partout, dans les fringues, la déco… Ça a fait un gros boom depuis les films Marvel je pense. Ça existait déjà avant, mais ce n’était pas autant populaire chez tout le monde, c’était vraiment réservé aux grands fans. Maintenant, c’est partout.

 

C’est à dire qu’avec Marvel, on est allés plus loin que le trio Superman-Batman-Wonderwoman ?

Jérémy : Chez DC, c’est un univers plus sombres. Déjà, leurs comics penchaient beaucoup plus vers la violence.

Maxime : Disons que Marvel peut toucher un plus grand public en terme d’âge que DC. Les Comics de DC sont plus pour un public averti. Pour rigoler, on aime bien dire que Marvel c’est Mac Donald, et DC c’est Quick. On aime bien aller au Quick, mais on préfère le Macdo.

 

Si vous deviez récupérer un seul superpouvoir (ou costume) ?

Jérémy : Voler, genre Superman, carrément.

Maxime : Se téléporter comme Diablo, ça serait le pied. Et toi ?

 

Thor a quand même chopé Nathalie Portman… Mais vraiment, pour parler de pouvoir… Déjà, j’ai le vertige, ça limite pas mal.

Maxime : Superman avait le vertige, avant de voler !

 

Alors, s’il faut en trouver un… Wolverine, c’est aussi un super héros que j’adore. Pour les mêmes raisons que vous.

 

 

 

dns@adplay.re

Review overview
NO COMMENTS

Sorry, the comment form is closed at this time.