Thursday, April 25, 2019
Home / Sport  / 6 octobre 1850 : Des affranchis font la course sur l’hippodrome

6 octobre 1850 : Des affranchis font la course sur l’hippodrome

Pour la première fois à La Réunion, une course pédestre comportant règlements, récompenses et spectateurs, est organisée : des hommes, récemment affranchis, prennent la suite des chevaux sur le champ de courses dionysien.   Cela fait déjà

Pour la première fois à La Réunion, une course pédestre comportant règlements, récompenses et spectateurs, est organisée : des hommes, récemment affranchis, prennent la suite des chevaux sur le champ de courses dionysien.

 

Cela fait déjà sept ans que la Plaine de La Redoute accueille les courses de chevaux, organisées par la Société des courses. Peut-on parler de sport, lorsque les jockeys, souvent les propriétaires des animaux, ne sont là que pour les guider ?

Le turf, venu de Maurice, intéressait déjà de moins en moins. On avait plus affaire à des bourrins qu’à des purs-sangs, et l’organisation était plus qu’aléatoire. Il fallait du neuf. Donc, ce 6 octobre 1850, l’hippodrome de La Redoute accueille une nouvelle épreuve : une “course de piétons”. Le journaliste de la Feuille hebdomadaire relate : “Les nouveaux affranchis vont prendre la place des chevaux, et un prix de cinquante francs est donné au Noir qui le premier fera un tour d’hippodrome. Cette nouveauté n’était pas connue jusqu’ici sur le turf.” À La Réunion, certes.

 

La Colonie en retirerait un bénéfice plus avantageux que les courses de chevaux.”

 

Chez les voisins mauriciens, depuis 1830, sont organisées des courses à pied, auxquelles participent les militaires anglais en poste. Or, ce sont d’anciens esclaves qui ont couru les 913 mètres de l’hippodrome de La Redoute (soit 1000 yards). Pourquoi sont-ce les seuls à avoir tenté de gagner la récompense ? Le commentaire de la Feuille hebdomadaire apporte un semblant de réponse : “C’est une superfétation qui peut avoir son importance, et nous ne sommes pas fâchés de voir l’intérêt de l’agriculture ou de la domesticité se mêler à l’amélioration de la race chevaline. […] Nous irions plus loin, nous souhaiterions que semblable prix fût décerné tous les mois ; la Colonie en retirerait un bénéfice plus avantageux que les courses de chevaux […]”

À son commencement, le sport hippique était perçu comme un moyen d’améliorer la race chevaline, rouage essentiel de l’économie locale. On voit ici qu’aux yeux des observateurs, les courses humaines avaient pour intérêt principal d’améliorer les aptitudes d’hommes voués aux travaux les plus physiques. D’ailleurs, les premiers participants étaient des palefreniers, dont l’occupation principale était de courir à côté des chevaux des calèches afin de les diriger…

L’expérience ne sera pas renouvelée souvent. La mauvaise préparation des participants, la faiblesse des récompenses, un public plus prompt à se moquer qu’à encourager, mettront un terme à ces courses pour une quinzaine d’années. Un observateur de l’époque aura cette remarque, cruelle : “Les Anciens, nos maîtres, tenaient en grand honneur les courses à pied et accordaient aux vainqueurs de ces luttes des faveurs exceptionnelles. Mais nous n’avons pas, malheureusement, sous la main, les hardis coureurs qui faisaient la renommée des Jeux olympiques, et parmi ceux de nos Cafres, Indiens, Malgaches et autres, qui ont développé leurs torses dimanche sur l’hippodrome de La Redoute, nous n’en avons point vu à qui la Grèce d’autrefois aurait décerné des couronnes d’aches, d’olivier ou de laurier.

 

 

timbre hyppodrome

Course de 1849 sur la Plaine de la Redoute, à Saint-Denis. Estampe de Louis-Antoine Roussin (1819-1894) conservée aux Archives départementales sous le numéro d’inventaire 99FI138.

 

Texte : L. C.

 

Pour réaliser cet article, nous avons travaillé à partir de l’excellent livre de André-Jean Benoît, Sport colonial. À propos de cette course, il y écrit cette phrase, superbe : “Alors qu’à Maurice, des Anglais couraient pour leur plaisir, à La Réunion, des Français se gaussaient de voir courir leurs domestiques.” 

 

 

dns@adplay.re

Review overview
NO COMMENTS

Sorry, the comment form is closed at this time.