Mou comme des écrous

Mou comme des écrous

Digema réalise des sculptures à partir d’écrous. Et c’est fou ce que ces petits objets offrent comme possibilités.

 

Prenez un écrou. C’est bête, un écrou. C’est du métal, c’est brut, ça ne se tord pas, ça se visse, et puis c’est tout. Prenez-en cent. Mille. Dix mille. Donnez-les à Digema, qui les achète en gros, parce que les magasins de bricolage ne voulaient plus se faire dévaliser. Et voilà que l’écrou, soudé à d’autres écrous, soudé à plein d’autres écrous, devient main, sein, racine, orteil, fesse, bouche…

digema

 

L’artiste Digema garde chez lui les témoins de ses premiers tâtonnements. Du bois, du marbre…
“J’aimais ces matières, mais aucune ne me convainquait complètement.” Puis un jour où il a besoin de faire des travaux chez lui, un ami lui propose d’essayer la soudure. “Une révélation : je me suis mis à souder tout et n’importe quoi, c’était un besoin. Je me suis retrouvé pris dans un élan créatif comme je n’en avais eu.” Il apprend quasiment seul, en “autodidacte”. Et puis il découvre les possibilités de l’écrou (et pas du boulon, attention) : “C’est un matériau qui peut s’adapter à toutes les formes. Il suffit de jouer avec les tailles, d’ajouter du métal fondu, de patiner le tout, ou encore de laisser rouiller… Les possibilités sont nombreuses.”

 

« Une révélation »

 
Avec son assistante, le voilà donc ferronnier, sculpteur, bricoleur…Raconté comme ça – et sans avoir vu ses œuvres – on pourrait croire à un travail rustaud, fait de grands coups de marteau sur des enclumes et de soudures à l’arc. Or, la finesse du travail – et notamment celui réalisé sur les mains – fait ressortir quelque chose comme de la grâce. À partir d’écrous, faut le faire : “Il faut énormément étudier, en amont, le réalisme anatomique, les proportions. Sur les mains et les pieds, une toute petite erreur rend l’objet moins harmonieux, disgracieux.” Exposé il y a peu à la Cité des Arts ou à Paris, Digema sera surtout présent dans les mois à venir à l’étranger, au Japon, États-Unis. Le reste du monde pourra voir qu’à force de patience, des écrous assemblés à d’autres écrous peuvent être malléables à foison.

 

Texte : L.C / Photos : G.D, M.T