Laurel enhardi

Laurel enhardi

Son atelier est zen, mais Isabelle Campeggi, elle, est une boule d’énergie. Après vingt ans passés en Martinique, cette ancienne hôtesse de l’air débarque à La Réunion avec mari, enfants, valises et meubles. Des meubles faits en Laurel, ou bois de Rhodes, qu’elle affectionne et qui ne se vend pas sur notre île. Son Cordia Alliodora, Isabelle y tient et se lance à la recherche de l’artisan qui pourra le travailler. Quelques voyages en Amérique du Sud finissent de la convaincre qu’elle y a trouvé le bon. Aujourd’hui, les projets commencent à fleurir. Après Le Vieux Cep à Cilaos, le premier hôtel à lui avoir fait confiance, d’autres établissements réclament leur mobilier en Laurel. Et si vous, M. ou Mme Tout le monde, avez envie d’un fauteuil rococo ou d’un bureau personnalisé, il faudra d’abord y mettre le prix – on parle de haut-de-gamme – puis patienter quelques mois, le temps de la livraison depuis l’atelier sud-américain. Un échantillon est aussi visible au Brûlé mais attention, ce n’est pas un magasin. Un petit coup de fil avant de passer est recommandé.

Page Facebook

Tagués