À l’ancienne

À l’ancienne

En matière de graffiti, Réo 1 fait partie de ce qu’on appelle l’ancienne école. « J’ai été un des premiers à faire du graff à La Réunion. Aujourd’hui, j’ai la quarantaine », annonce-til d’emblée. C’est un camarade de classe revenu vivre dans l’Île qui lui fait découvrir la culture hip hop, en 1988. Un premier crew se forme. Yannis se choisit un blaze lié à l’esclavage, reos en espagnol. À l’époque, il côtoie Loizo, Jace et d’autres, fait partie du Mad Master Crew, puis de One Possee. « Aujourd’hui, nous venons revendiquer l’héritage des anciens. » Après une longue pause (la vie de famille), Réo 1 a repris du service il y a quatre ans, et travaille depuis l’année dernière avec son compère Artnaud. Ensemble, ils comptent bien se réapproprier une part du gâteau. « On nous regardait comme des martiens quand on a commencé à peindre sur les murs, en 1988. Récemment, j’ai vendu un tableau. Si des gens achètent un bout de bois, j’ai ma chance. » Et ça marche pour lui ; depuis deux ans, Yannis a arrêté son travail administratif pour se consacrer à son art.

 

REO1-5